L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV en page d'accueil.

L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV en page d'accueil.

Pays de Galle


Excalibur

   Bonjour et bienvenue dans ce nouveau cours. Aujourd’hui, nous allons parler d’un objet qui est à la base d’une légende des plus connues, déclinée depuis le Moyen-Âge en livres, recueils d’aventures, films, téléfilms, dessins animés, film d’animation Disney, vignette de 3 minutes sur M6 (et bientôt une trilogie cinématographique ?) : je parle bien évidemment d’Excalibur.

Chacun sait que cette épée est celle d’Arthur Pendragon, roi des bretons. Il y a deux versions de l’histoire – sinon ce n’est pas marrant – et nous détaillerons la deuxième plus tard. Pour l’heure, attardons-nous sur la version la plus répandue de la légende : l’épée dans le rocher. Ce récit nous vient de la fin du XIIème siècle et débute par un trône vacant. Ce trône, c’est celui de Bretagne. Sans roi, pas d’unification de la Bretagne possible, de ce fait, c’est un peu la merde entre les chefs de clans, qui se foutent sur la mouille pour devenir souverain, et les romains qui envahissent le pays (non non, le mur d’Hadrien n’est pas une fiction). C’est alors que Merlin, un druide armoricain* assez badass, convoque les chefs de clan de toute la Bretagne (ouaip, il a tellement la classe qu’il ordonne aux patrons du coin de rappliquer). Et ils rappliquent ! Quand je vous dis que Merlin, c’est le big boss du game !
Donc, il fait venir tout ce beau monde à Logres pour la veille de Noël. Dans la nuit, il y a une pierre qui apparaît en mode posey avec une putain d’enclume dessus et la fameuse épée ,enfichée dans ladite enclume. C’est alors que Merlin explique que celui qui retirera l’épée de l’enclume sera couronné roi. Ensuite, vous le savez, tout le monde tente de retirer l’épée mais personne n’y arrive, sauf un jeune garçon qui se trouve être le fils d’Uther Pendragon : Arthur. Ce qu’il se passe après cela – la table ronde, la quête du Graal, etc. – n’est pas le sujet, donc je n’en parlerai pas.
 
13533110_1061267413954655_3252751370157797214_n.jpg
La deuxième version veut que ce soit le prédécesseur de la fée Viviane qui donne l’épée à Arthur, en échange d'une promesse qu’il ne tiendra pas. Cette inconnue veut en effet la tête du chevalier Balin, pour venger un membre de sa famille, mais finit décapitée par Balin lui-même, devant les yeux d'Arthur. Mais qui sont la fée Viviane et son prédécesseur ? Bah ! La Dame du lac, pardi !

Il y a deux choses en commun avec ces deux versions, la première étant la disparition de l’épée à la mort d’Arthur. En effet, l’épée n’a pas été transmise par Arthur, sinon elle ne serait pas une légende. A sa mort, disais-je donc, un de ses plus proches conseillers – le chevalier Bédivère – rend l’épée à la Dame du lac, cette dernière ne découvrant alors que sa main à la surface du lac pour la récupérer.
La deuxième chose commune – et la plus importante selon moi – est la caractéristique d’Excalibur. Un jour, Merlin aurait demandé à Arthur quoi de l’épée ou du fourreau (car oui, une épée a toujours un fourreau) était le plus important. Ce à quoi le jeune roi aurait répondu sans hésiter que c’était l’épée. Bien sûr, c’était une grande erreur. En effet, si l’épée pouvait trancher n’importe quoi tout en restant incassable, le fourreau, quant à lui, prévenait son porteur de toute blessure.
Ainsi, tant que l’on possède le fourreau, personne ne peut nous blesser. Si on allie la protection absolue à l’arme absolue, il va sans dire que l'on est invincible.

Quant au nom de l’épée, pour finir, ce n’est ni le seul ni le premier qu’elle porta. Alors, je ne vais pas faire l’historique des noms d’Excalibur parce que c’est long et chiant et parce que ça remonte à des noms en gallois et je n’ai pas très envie d’écrire en gallois (tellement c’est compliqué). Tout ce que je vais dire, c’est que ce nom d’« Excalibur » est l’une des dernières traductions – et qui plus est une traduction française – de Caliburnus. Excalibur est la forme contractée du latin « Ex calce liberatus » (Ex-cal-liber) qui veut dire « libérée du caillou ».

Voilà qui conclut cet article. J’espère que vous l’aurez apprécié et je vous quitte avec une question : si vous aviez vécu à l’époque arthurienne, auriez-vous tenté d’extraire l’épée du rocher ? Sur ce, à bientôt.

 
 
 
/Le Prof
 

*l’Armorique est la partie continentale de la Bretagne, c’est-à-dire notre Bretagne française.

03/07/2016
5 Poster un commentaire

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser