L'Encyclopédie Fantastique

L'Encyclopédie Fantastique

Créatures et lieux


Le Long, le Dragon Chinois

   On peut distinguer quatre grandes familles de dragons asiatiques : le dragon japonais, le dragon coréen, le dragon vietnamien et le dragon chinois. Alors, je vais parler succinctement des dragons japonais et coréen, parler amplement du dragon chinois et expédier le vietnamien (parce que « c’était pas ma guerre ! »).

 

Le dragon vietnamien, appelé Rồng (l’accent grave va sur le n, ne me demandez pas comment ça se prononce), est à la base de tout pour les habitants, notamment d’eux-mêmes. Au départ issu des crocodiles et des serpents, il fut par la suite fortement influencé par le dragon chinois. Il représente la pluie (indispensable pour l’agriculture), l’empereur et le principe de vie qu’est la croissance. C’est la figure la plus sacrée. Voilà. Je vous avais prévenu, je l’expédie celui-ci.

 

Maintenant, on rentre dans la partie la plus bourrative de l’article. Le dragon chinois, le Long, est celui qui inspire tous les autres dragons asiatiques - à quelques détails près, on peut dire qu’ils sont tous copiés-collés sur le Long. Si sa forme exacte varie selon les époques, on peut néanmoins dire qu’il possède un corps serpentin et une gueule à laquelle il vaut mieux ne pas faire de bisous sous peine de perdre un morceau. Grosso-modo, il arbore un corps de serpent, des pattes de tigre agrémentées de serres d’aigle, des yeux de démon, des moustaches sensorielles, une bonne barbe et des bois de cerf. Il ne possède pas d’ailes mais est capable de voler grâce à la crête qui dentelle son dos entier de la tête au bout de la queue.
Pour faire plus simple encore, si vous voyez à quoi ressemble le dragon de Dragon Ball, alors vous savez à quoi ressemble le Long. On remarquera que ce dragon « fictif » s’appelle Shenron en japonais (roi dragon) mais qu’en chinois, il se dit Shen Long (pas étonnant puisque Dragon Ball est une adaptation d’un fameux conte chinois que j’espère pouvoir vous transmettre plus tard). Et le rapprochement ne s’arrête pas là puisque le Long possède un artéfact fort précieux et très puissant qui apporte bonheur, sagesse, abondance et connaissance au chanceux qui le détient : une boule de cristal qu’il garde dans les plis de son menton ou carrément dans sa gorge (pour ceux qui l’ignorent, Shenron ne peut être invoqué qu’avec sept boules de cristal dans le manga).

 

13161716_1029999867081410_8291818470604638635_o.jpg

 

Contrairement au dragon occidental, le dragon chinois ne ressemble pas à un dragon dès sa naissance. Son œuf met déjà pas moins de 1000 ans pour éclore d’un serpent aquatique et il lui faudra quelques 5500 ans de maturation et de transformations pour arriver à l’âge adulte et à la forme que je viens de décrire. Sans compter la possibilité qu’une carpe devienne dragon comme dit dans mon précédent article sur la Porte du Dragon. Bref, il n’est pas aisé de devenir un dragon, nous le savions déjà. Aussi, par leur rareté et leur puissance, il y a une légion de dragons au panthéon chinois dont quelques-uns sortent du lot : Tian-long, le dragon céleste, est le gardien des demeures divines et le protecteur des cieux, portant parfois les palais des dieux sur son dos pour les maintenant en l'air ; Shen-long, le « dragon spirituel », est un dragon aux écailles d'azur faisant tomber la pluie en marchant sur les nuages et fertilisant de ce fait la terre, mais pouvant également entraîner des catastrophes (du coup on le vénère autant qu’on le craint), notons qu’il était le symbole de l’empereur et que personne d’autre ne pouvait arborer son emblème ; Di-long, le dragon terrestre, est le maitre des sources et des cours d’eau ; Fu-zang long est le dragon gardien des trésors, protecteur des pierres et métaux précieux enfouis au sein de la terre ; Huanglong, le dragon jaune ou cheval-dragon, est le messager divin ; et Long wang est désigné comme le Roi Dragon.

 

Le dragon coréen, le Yong, est semblable à son cousin chinois si ce n’est qu’il est exclusivement lié à la pluie et à l’agriculture et que son orbe est tenu dans sa main. Cet orbe nommé le Yeo-ui-ju permet au dragon détenteur l’omnipotence et la création ; seuls ceux qui ont quatre doigts (le quatrième, c’est le pouce qui referme l’emprise de sa patte sur la boule) peuvent en avoir un.

 

Le dragon japonais, le Ryū (oui, le même que dans le Rozan Shô Ryū Ha de Shiryu dans Saint Seiya, et aussi dans le nom de ce dernier), est très semblable aussi à ses homologues. Il représente les étendues d’eau (surtout la mer), les nuages et le ciel. Il se distingue par le fait qu’il ne possède que trois doigts à chaque patte et qu’il vole moins que les autres dragons asiatiques.

 

Voilà pour cet article qui m’aura pris pas mal de temps. J’espère qu’il vous aura plu, et en attendant vos retours, je vous donne mon congé.

 

 

 

/Le Prof


10/05/2016
0 Poster un commentaire

La Porte du Dragon

   Bien le bonjour mes chers amis avides de culture. Aujourd’hui, on va se faire plaisir avec un petit article, du genre qui se boit à l’heure où l’on lit le thé. Nous allons parler de la légende de la Porte du Dragon.

Il est en Chine une cascade quelque part sur le fleuve jaune (où exactement je ne sais pas, je ne suis pas cartographe fluvial) assez grande, dont on dit que l’eau s’abat plus vite qu’une flèche tirée par un bon archer (vous imaginez donc le cubage d’eau que vous prenez sur la mouille). En cet endroit se réunissent maintes carpes qui tentent de franchir cette cascade. En effet, si la carpe est vigoureuse, elle n’en est pas moins un poisson miteux, ce qui nuit assez à sa street crédibilité.

« -Mais Prof, allez-vous me demander, en quoi franchir une cascade va changer leur crédibilité de tanche ?
-Ce sont des carpes, pas des tanches.
-Tais-toi vilaine. Je voulais utiliser le terme « tantouze » mais Niedman m’a tapé en disant que ça stigmatisait sa communauté.
-Ah… »

Bon, reprenons. La légende veut que toute carpe franchissant cette cascade devienne un dragon. Et là c’est la classe ! Car souvenez-vous, dans l’article sur le dragon oriental, nous vous instruisions du fait que le dragon représentait l’Empereur lui-même. Cette légende est donc la symbolique de la montée sur l’échelle sociale. J’entends par là qu’où une carpe remonte la Porte du Dragon, un paysan arrive à des hauts postes dans la société.
Là où il y a le sel (autant dans le sens d’intérêt que dans celui du sel de vos larmes), c’est que toutes les carpes ne franchissent pas la cascade. C’est même extrêmement rare ! Pourquoi ? Eh bien c’est très simple : 1) elles se prennent des bastos de flotte ; 2) elles se font pêcher de toutes les façons possibles par les pêcheurs ; 3) elles se font bouffer par des oiseaux de proies et autres ours.

13055517_1020023698079027_6767295256864259238_n.jpgMaintenant je fais un petit lien avec un univers que je connais très bien : Pokémon. Eh oui, ce bon vieux Satoshi Tajiri s’est inspiré de cette légende pour une famille de pokémons. Il s’agit de Magicarpe et Léviator. Vous ne me croyez pas ? Regardez attentivement l’image à côté de ce texte... Et oui, on retrouve le même code couleur ! De plus, Magicarpe est un pokémon souvent utilisé par des pêcheurs (oui, notamment celui qui en a six), le petit peuple, alors que le Léviator est utilisé plutôt par des dresseurs plus expérimentés (comme des topdresseurs) qui eux sont plus hauts dans l’échelle sociale de cet univers. Ils sont aussi utilisés par les dracologues qui sont des dresseurs extrêmement estimés, présentés comme les plus puissants. Souvenez-vous de cet expert dracologue, maître du Conseil 4 qui se nomme Peter. Il utilise un Léviator. Aussi, les créateurs du jeu ont poussé la ressemblance encore plus loin. Je vous disais qu’il était extrêmement difficile de devenir un dragon pour une carpe. Eh bien dans le jeu c’est pareil ! Si vous avez jamais entraîné un Magicarpe, vous savez que c’est long et difficile : il faut aller jusqu’au niveau vingt, il gagne très peu d’expérience à chaque combat, il a des statistiques de misère, il n’a aucune attaque offensive avant le niveau quinze, bref Magicarpe est une sous-merde. Par contre, arrivé à l’évolution, Léviator devient un monstre autant au niveau des statistiques que de ses attaques, il devient un fléau pour tous ses opposants. Comme quoi, c’est beau Pokémon !

Bref, je m’arrête ici après cette digression trop longue. Mais je vous pose quand même une question (je récupère les copies attention !) : selon vous, vaut-il mieux vivre toute sa vie comme une carpe et avoir une vie heureuse ou tenter de devenir un dragon au risque de se faire avoir au vol ? Je vous laisse donc (définitivement cette fois) alors à la prochaine !
 
 

/Le Prof

25/04/2016
1 Poster un commentaire

Le Qilin, ou Kirin

 Bronze_Qilin_statue.JPG  Le Qilin est l'équivalent chinois du Kirin japonais, du Girin coréen et du Kỳ lân vietnamien. Le Qilin est un animal composite que l'on surnomme parfois dans la littérature européenne "licorne asiatique". Pourtant, il n'apparaît pas toujours muni d'une corne unique, et les statues le représentant portent toutes deux cornes de cerf. Le Qilin peut également être désigné sous le terme sibuxiang, un mot générique signifiant "qui ne ressemble à rien" (vous admettrez que ce n'est pas très gentil).

 

Le Qilin est un animal éminemment bénéfique. Son apparition est toujours un bon présage et constitue à l'échelle d'une région l'annonce d'une ère de prospérité sous le gouvernement d'un sage. En effet, le Qirin aime les endroits protégés et paisibles et sera plus enclin à élire domicile sur une terre bien administrée. Il a un caractère doux et tranquille, est herbivore, et veille à ne faire de mal à aucun être vivant. Sa douceur est telle qu'il n'écrase pas la végétation sur laquelle il marche. Mais le Qirin a aussi son petit côté précieux. Il déteste se salir et ne dort donc que dans les endroits propres. S'il n'a pas envie de se mouiller, il peut même marcher sur l'eau.
Inversement, la disparition d'un Qilin est toujours un mauvais signe. Elle signifie qu'un équilibre a été rompu. La mort d'un Qilin est plus encore négative et annonce un malheur tel que le décès du souverain ou des temps troublés pour la région.


Un autre aspect positif du Qilin est la promesse qu'il porte d'une prestigieuse descendance. Sa venue annoncerait aux mères la naissance d'un sage ou d'une personne talentueuse. Selon une légende chinoise, un Qilin apparut en rêve à la mère de Confucius peu avant sa conception et déposa à ses pieds un livre de jade, sorti de sa bouche. Confucius, le fondateur du confucianisme, resta en lien avec les Qilin tout au long de sa vie et le mythe veut qu'il fut le seul à pouvoir les reconnaître avec certitude.


Le Qilin est le roi des animaux à poils, au même titre que dans la tradition taoïste chinoise le phénix règne sur les animaux à plumes, le dragon sur les bêtes à écailles et la tortue sur celles à carapace. Associés au tigre blanc, ces trois autres animaux fantastiques gèrent les quatre énergies que sont l'eau, le bois, le feu et le métal. Le Qilin s'occupe quant à lui de l'élément Terre.
Il serait né de la conjonction de deux étoiles ou d'un croisement entre une vache et un dragon. Il n'a pourtant gardé de cette ascendance que peu de caractéristiques physiques. Le Qilin possède un corps de grand cerf, une queue de bœuf, le front d'un loup et les sabots d'un cheval. Du dragon il a la peau écailleuse. Celle-ci est de cinq couleurs : jaune, rouge, bleue, blanche et noire. Sur le front, le Qilin porte soit une corne charnue, soit deux bois de cerf. Elle ou ils sont recouverts de fourrure. La voix du Qilin serait mélodieuse et aurait le timbre d'une cloche. Selon certains récits, le cri du mâle présage l’apparition d’un sage, et celui de la femelle le retour à la paix. Malgré son tempérament doux, le Qilin a la capacité de se défendre. Il sait cracher des flammes et rugir d’une voix de tonnerre s'il se trouve face à un ennemi.

 

autumnal_qilin_by_katepfeilschiefter-d5gbjgq.jpg
Le Kirin, l'équivalent du Qilin, est bien connu de la culture japonaise, où il porte parfois le nom de Ikkakujū, littéralement "bête à une corne". Il a donné naissance à de nombreux personnages de dessin animé et aurait inspiré le design du dieu pokémon Arceus.

 

 


/Spawy


24/10/2014
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser