L'Encyclopédie Fantastique

L'Encyclopédie Fantastique

Amérique Latine


Le Wendigo

Wendigo1.jpg    Destiné à renforcer le tabou qui entoure la pratique du cannibalisme, le mythe du Wendigo imagine les maléfices qui menacent ceux qui osent consommer de la chair humaine. Le Wendigo - qui donne les Wendigowak au pluriel - est en effet une créature maléfique, de nature anthropophage et dotée d'un appétit insatiable, que l'on associe aux péchés de gourmandise et de cupidité. On le retrouve dans tout le folklore d'Amérique du Nord et particulièrement au sein des croyances des tribus Ojibwe, Micmac, Cri, Innu et Naskapi, de culture algonquienne. Solidement ancré dans les légendes amérindiennes, il posséderait des liens avec le Chupa Cabra d'Amérique du Sud et aurait été, pour les natifs, une manière de caractériser l'homme blanc et sa soif de l'or.

 

Symbole du froid et de la famine hivernale, il hante les bois à la recherche d'humains égarés pour satisfaire sa faim douloureuse. Mais rien ne peut combler le vide qu'il possède au creux de l'estomac, et bien qu'il dévore sans cesse de nouvelles proies, son corps ne peut que maigrir et s'affaiblir. Néanmoins, quelques variantes du mythe proposent que le Wendigo grandisse à chaque repas, sans s'épaissir pour autant. Certaines tribus le décrivent alors comme si grand que sa tête dépasse la cime des arbres lorsqu'il se tient droit. D'autres parlent d'un être fait de glace dont la présence est annoncée par de soudains vents violents. Un cri déchirant et une odeur si nauséabonde qu'elle fait fuir le gibier sont également parfois décrits. Un chercheur et enseignant Ojibwa du nom de Basil Johnston le décrit de la façon suivante : « Le Wendigo était émacié à un point extrême, sa peau desséchée tirée et tendue sur ses os. Avec ses os poussant contre sa peau, elle même de la couleur des cendres grises de la mort, et ses yeux repoussés au plus profond de leurs orbites, le Wendigo ressemblait à un squelette récemment déterré de sa tombe. Ses lèvres, étaient en lambeaux […] souillé de sang et de souffrance et de suppurations de la chair, le Wendigo dégageait une odeur étrange et inquiétante de dégradation et de décomposition, de mort et de corruption. »

 

Il existe plusieurs manières de devenir un Wendigo, car comme je le supposais plus haut, on ne naît pas tel. En hiver, alors que les conditions climatiques deviennent particulièrement rudes et que la famine s'installe, certains humains peuvent être tentés par le cannibalisme : erreur, car celui qui s'y adonne se verra condamné à mourir éternellement de faim sous la forme d'un Wendigo. Il est également possible d'en devenir un en étant possédé par un esprit lors d'une balade en forêt ou suite à une malédiction. La gourmandise et la cupidité peuvent elles aussi déclencher une transformation. Le Wendigo, à l'instar des lycans ou loup-garous, peut être tué à l'aide d'une balle en argent. Il est également possible de s'en débarrasser par le feu, puisque comme toute créature de l'hiver qui se respecte, il n'apprécie pas la chaleur.

 

L'importance de ce mythe dans la culture amérindienne est à mesurer. Non seulement il a donné lieu à plusieurs pratiques rituelles et a permis de lutter contre le cannibalisme, mais il a été à la source d'une pathologie mentale que certains psychologues désignent comme la Psychose du Wendigo. Inconnu chez les autres peuples, ce trouble déclenche une violence inhabituelle et un désir insatiable de chair humaine chez des hommes et des femmes marqués par la croyance au Wendigo et se croyant possédés. Bien souvent, une visite chez un sorcier ou un médecin suffit à calmer le malade, mais parfois, il passe à l'acte. Mais de nombreux spécialistes de la question estiment que cette psychose n'a jamais existé et qu'elle a seulement servi à expliquer des pulsions cannibales, voire à condamner des innocents ayant montré un peu plus de violence qu'à l'accoutumée, lors de chasses aux sorcières.

 

 


/Spawy


13/03/2017
2 Poster un commentaire

Le Chupacabra

   En espagnol, Chupacabra signifie suceur de chèvres. On parle évidemment de sang, ici. Je vous ai manqué ? Pour ceux qui ont répondu oui, j'en suis désolé, votre serviteur avait malheureusement beaucoup de choses à faire ces derniers temps. Mais j'ai cru comprendre que mes confrères étaient plus bavards que moi,  et en un sens, je suis rassuré. Pour celui qui a répondu non, retrouve moi à la sortie, qu'on s'explique.

Le Chupacabra, dis-je, est un prédateur nocturne, de type vampirique (s'il existe une réelle classification sérieuse sur le sujet), qui se nourrit essentiellement de sang animal, particulièrement ovin et bovin. Il serait surnaturellement discret et prodigieusement fort, deux caractéristiques que l'on préfère ne pas retrouver chez ses ennemis. Cependant la vie est une p*te.
 
el-chupacabras.jpg
Originaire d'Amérique latine, il s'agirait d'un immense chien aux canines effilées, grotesquement longues, arborant des pointes sur le dos (probablement en kératine), un poil très ras (ou absent?) et des yeux rouges brillants. On lui attribue aussi parfois des oreilles de chauve-souris. Les descriptions sont cependant assez confuses, puisqu'elles sont incroyablement variées et qu'on parle seulement d'apparitions. Sans compter le nombre de bergers qui, en retrouvant leur bétail tué au petit matin, ont attribué le carnage au Chupacabra sans l'avoir vu. Et sans compter le sérieux pourcentage de menteurs ou d'illuminés, cela va de soi.

Il s'agit d'un mythe un peu particulier cependant, car devant l'affluence de témoignages et de photos prises sur le vif, et bien sûr le nombre d'attaques avérées sur le bétail, la communauté scientifique a décidé d'ouvrir l'hypothèse de son existence et de classer la créature en cryptozoologie (enfin un peu de sérieux). Certains ont prétendu l'avoir tuée et avoir ramené son corps. Mais il s'agissait souvent de gros chiens sauvages gravement galeux, ou de minables impostures. Enfin, peu de preuves sérieuses donc.
 
Il me reste donc à vous laisser une image d'une vision d'artiste concernant le Chupacabra, soit la représentation que je trouve la plus significative, et la plus esthétique (si une telle bestiole peut l'être). Gardez à l'esprit cependant qu'un cryptide n'est pas un mythe, ni une créature imaginaire. Il s'agit d'une créature dont l'existence n'a pas encore été prouvée. Traduisez : il s'agit peut-être seulement d'une invention.
Peut-être.
 
 

/Un Vagabond

25/06/2014
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser