L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV sur le nouveau blog !

L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV sur le nouveau blog !

Chroniques d'Arda : Les Ents

  Bien le bonjour, mes chers amis. Aujourd'hui je vous invite pour une balade bucolique à travers les champs et forêts de la Terre du Milieu, à la découverte de ces êtres formidables et anciens que sont les Ents.

 

11026232_919256968155701_6542398572441915017_n.jpg
Les Ents sont des êtres presque aussi anciens que le monde chargés de veiller sur la nature. Ils furent créés de la main d’Ilúvatar sur un conseil avisé de Yavanna, Vala des choses qui poussent, attristée qu’elle était de voir ses enfants sans défense contre les différents peuples de la Terre du Milieu (hommes, elfesorcs et j’en passe). Eru, dans sa toute sagesse, fut favorable à la demande de Yavanna et conçut ainsi les Ents, des géants très forts mais très doux et très lents, chargés de veiller sur la nature (je viens de l’écrire je sais mais je répète au cas où pour les deux du fond qui ne suivent pas).


Les Ents sont souvent assimilés à des arbres et pour cause, ils prennent les caractéristiques de l’essence du bois auquel ils s’identifient. Pourtant, jeunes, ils ont des traits plus humains. En effet, à la base, ils sont génétiquement plus proches des nains que des arbres. Tous ont quand même des constantes biologiques telles que la peau semblable à l’écorce et les cheveux et/ou la barbe et/ou la moustache faits de broussailles. Hors les jeunes entures (les petits des ents : ent + bouture = t’as compris quoi), on peut différencier trois types d’ents : les ents mâles, les ents femelles et les Huorns.

Les Ents mâles sont les seuls que l’on peut encore voir en Terre du Milieu. Ils affectionnent particulièrement les forêts et prônent une certaine forme d’immobilisme, genre « j’aime bien faire la sieste sous l’ombre des arbres », contrairement aux Ents femelles qui préfèrent les champs et les jardins et qui veulent parcourir le monde pour le recouvrir de fleurs et légumes en tous genres. Ainsi les mâles sont restés dans les forêts (principalement autour des Montagnes Brumeuses, du Rohan et d’Isengard) tandis que les femelles sont descendues dans le val d’Anduin, progressant toujours plus dans tous les sens. Une rumeur veut qu’elles arrivèrent dans les plaines de Nurn, une partie du Mordor, aux temps où le seigneur du Mordor n’était pas encore revenu. Toujours est-il que les Ents femelles sont perdues et que les mâles ne peuvent plus se reproduire. Il y a donc de moins en moins de « bergers de la forêt », malgré une mortalité très faible. Car non, les Ents ne se meurent pas au sens où ils dépérissent comme les autres êtres vivants. Ils sont aussi immortels que les elfes. Seulement, il arrive très souvent qu’un Ent décide de se poser tranquille quelque part et de ne plus bouger. Il s’enracine littéralement pour devenir de plus en plus proche d’un arbre. C’est ça, un Huorn. Il est alors plein de peur et de rage envers les destructeurs de la forêt, mais il ne sait plus distinguer les bons et les mauvais de « ceux qui marchent sur deux jambes ». Du coup, il attaque tout le monde s’il le peut, sans être foncièrement méchant. Les Huorns peuvent encore se déplacer, même s’ils ne le font pas souvent. Ce sont eux que l’on voit bouger dans les films du Seigneur des Anneaux.

Les Ents n’ont pas beaucoup de culture, ayant une vie très sauvage, mais ils ne sont pas des incultes pour autant. Ils savent parler au moins trois langues (l’entique, le quenyan et le langage commun ; d’autres en connaissent plus parfois), ont un goût certain pour la poésie et les belles choses de la nature, et ils sont surtout des encyclopédies vivantes de l’Histoire ainsi que le la faune et de la flore) Ils sont très, très, TRES lents dans leur comportement mais aussi dans leur langage. L’entique est une langue très longue qu’aucun autre peuple ne peut parler, qui est très peu usitée par les ents eux-mêmes (sauf occasions très importantes comme l’entrée en guerre contre Isengard). Ils préfèrent nettement l’elfique ancien (le quenyan donc).

Je vais vous laisser sur une petite anecdote linguistique : ent vient du vieil anglais voulant dire « géant ». Maintenant que vous vous sentez moins bêtes, je vous dis merci et à bientôt pour une nouvelle Chronique d’Arda.

 

 


/Le Prof



28/10/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres