L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV sur le nouveau blog !

L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV sur le nouveau blog !

Le vampire

   Bien le bonjour, mes chers amis. Aujourd’hui, nous allons revenir sur une figure de l’imaginaire collectif des plus emblématiques. Je devrais même dire, une créature de l’imaginaire mondial ! Car le vampire est implanté partout, et pas seulement notre version européenne. Si vous suivez un peu mes articles, vous savez qu’une créature présente dans plusieurs folklores différents est un enfer pour nous auteurs. #JeCrouleSousLesInfos #RIPlaclassification C’est pourquoi je vais me contenter de dépeindre la figure européenne du vampire.
 
943997_1005937206154343_1364440496267226607_n.jpgBéla Lugosi est un acteur qui a incarné le plus emblématique des Dracula de l’histoire du
cinématographe. C’est lui sur la photo.

Si le vampire se décline sous plusieurs formes à travers le monde (Asie, Antiquités gréco-romaine, hébraïque et mésopotamienne, Afrique, etc.) c’est bien chez nos amis slaves que le vampirisme débute, pour nous européens. On a à la base un prince transylvanien nommé Vlad III Basaras, dit Tepes (l’Empaleur). Enfin, pas encore. En effet, le mythe du vampire est déjà installé dans les pays slaves avant ce bon Vlad.

Selon la croyance slave, l’esprit d’un mort « survit » pendant quarante jours avant de s’en aller vers l’au-delà, durant lesquels il vagabonde sur terre. C’est pourquoi il est coutume là-bas de laisser la porte ou une fenêtre ouverte après un décès, ce qui permet à l’esprit de vagabonder hors de sa demeure. Ledit esprit est doté de la faculté de se réincorporer ou de blesser un vivant, aussi il existe des rites d’inhumation très stricts afin d’empêcher cette réincorporation. Néanmoins, il est des cas où les rites ne servent à rien : en cas de décès d’un enfant non baptisé, d’une mort violente, de la mort de quelqu’un qui n’a pas demandé repentance (comme un meurtrier ou un sorcier), ou alors si les rituels d’enterrement ont été foirés (même à l’époque il y avait des branlos, que voulez-vous ?). Dans ces cas, l’esprit refusera de quitter son corps. Il y a aussi les esprits qui veulent se venger des vivants. Dans ces situations de vengeance, l’esprit va drainer l’énergie vitale de la personne qu'il possède, ce qui provoque son courroux, ou alors lui sucer le sang jusque mort s’en suive.

Voilà, maintenant on peut parler de Vlad III Basaras dit l’Empaleur. Ce bon Vlad était connu pour empaler ses victimes et pour être très violent avec ses ennemis lors des guerres. Et comme nous parlons de politique (oui, prince est un métier politique) il est évident qu’il y avait des empêcheurs de tourner en rond qui étaient contre Vlad. Afin de le décrédibiliser, ces dissidents politiques faisaient enfler la rumeur selon laquelle Vlad aurait dîné tranquillement et posément dans un charnier constitué de vingt mille turcs empalés (le but étant de le faire passer pour très sanguinaire, bien sûr les méthodes de ces détracteurs ne sont pas moins violentes). C’est ainsi qu’est née la légende du vampire transylvanien à travers Vlad III Tepes, connu aujourd’hui sous le nom de Dracula. Pourquoi Dracula ? Mais parce que son père portait le titre de « Dracul », c’est-à-dire « dragon » et que en slave, le fils du dragon se dit Dracula. Mais maintenant qu’il est décrit comme un démon de la nuit, on traduit Dracula autant par « fils du dragon » que par « fils du démon ».

Ainsi, essayons-nous à une description un peu plus générale du vampire. Le vampire est un mort-vivant, prince de la nuit qui craint le soleil (mais ne meurt pas à son contact, ça l’irrite tout au plus, c’est une légende cinématographique ça) ainsi que l’argent, l’ail, le rosier sauvage, l’aubépine, et qui ne supporte pas la vue d’un crucifix ni le contact d’un rosaire ou de l’eau bénite. Il ne peut pas marcher sur un sol consacré (donc si vous croisez un vampire, cloîtrez-vous dans une église). Il faut savoir aussi qu’une bonne partie du mythe du vampire, dont on vient de décrire l’essentiel, et quelques petits détails (comme l’absence de reflet dans le miroir ou l’impossibilité de rentrer chez quelqu’un sans y être invité) sont des inventions cinématographiques, pour les plus récentes, sinon des inventions issues de l’œuvre de Bram Stoker (écrivain irlandais de la deuxième moitié du XIXème siècle à qui l’on doit les nouvelles sur le personnage de Dracula).

Voilà, s’en est fini pour l’instant. Ce qu’il faut retenir c’est que : nous n’avons qu’effleuré la figure du vampire ; pratiquement tout est inventé concernant le vampire européen ; et Béla Lugosi a quand même vachement la classe ! A bientôt pour de nouvelles leçons de fantaisie, et pour patienter et en savoir plus, lisez donc l’édito sur les vampires de mon ami Le Vagabond Immobile.

 
 
/Le Prof


13/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres