L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV en page d'accueil.

L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV en page d'accueil.

Enki, ou Ea

   Ea, selon son nom akkadien, ou Enki, selon son nom sumérien, est l'une des plus grandes divinités de la Mésopotamie antique. Fils d'Anu et de Ki et petit-fils d'Anshar et Kishar, il est le maître des eaux fraîches et courantes, de la sagesse, des arts et des techniques, de la magie, et de l'exorcisme. Dans les récits mythologiques il tient souvent le rôle de conseiller auprès des autres grandes divinités.

 

EnkiEnthronedSeal.jpg

 

Enki est parfois représenté sous la forme avantageuse d'un bouquetin à queue de poisson. Mais il apparaît également gratifié d'un corps humain et d'un visage barbu. Au niveau de ses épaules sont alors dessinés des flots ininterrompus, parcourus par quelques poissons. Difficile dans ce cas de savoir si l'eau est censée jaillir directement de ses épaules ou si elle ne fait que couler par-dessus elles. Les interprétations varient. 
Le nom d'Enki signifie "maison de l'eau". En effet, ce dieu réside dans un palais encerclé par les flots d’Apsû, au coeur d'un monde souterrain. Ce monde, situé entre la surface de la Terre et les Enfers, porte le nom d'Abîme. Dans Enuma Elish, le poème de la création de l'univers, la ruse d'Enki lui permet d'abattre lui-même Apsû, l'ancêtre des dieux, et d'en revêtir les attributs. C'est ainsi qu'il prend le contrôle de l'Abîme, avant d'encourager son fils Marduk à vaincre Tiamat, la déesse-mère. 

Mais Enki n'est pas que le dieu des eaux souterraines, il est également seigneur de la sagesse, patron des artistes, des artisans et des savants. À maintes reprises il remporte des combats intellectuels, comme lors de la création des êtres humains. Un jour, Enki, endormi dans les profondeurs liquides de l'Apsû, est réveillé par sa mère Ki, qui lui ordonne de créer l'homme. Le dieu, fatigué, lui conseille d'effectuer elle-même cette tâche en façonnant un peu d'argile fertile de l'Apsû et en y ajoutant le sang de Kingu, tué par Marduk. Ki se fait aider pour cela par sa fille, Ninhursag (également appelée Ninmah), qui condamne au passage l'humanité au travail. En effet, au début du monde, c'est une partie des dieux qui est tenue de travailler la terre et de veiller à son irrigation : les Igigi, qui s'opposent aux Annunaki, les dieux majeurs. Mais quitte à créer de nouvelles créatures, Ninmah se dit qu'elle pourrait en profiter pour se débarrasser de ce dur labeur.

Plus tard, alors que les dieux fêtent leur réussite, Enki et Nimmah boivent plus que de raison. Ils se livrent alors à un jeu au cours duquel l'un d'eux doit attribuer une fonction sociale à une créature humaine imaginée par l'autre. La déesse commence et crée trois formes humaines dépourvues d'organes génitaux, mais Enki contourne la difficulté en les nommant au poste de prêtre. Il démontre par là son habilité à se sortir des situations délicates. Puis vient le tour d'Enki de former des créatures humaines, et il en imagine une incapable de s'asseoir, de se tenir debout ou de se nourrir. Furieuse de ne pas réussir à lui trouver une fonction, Ninmah condamne Enki à retourner à jamais dans les profondeurs de l'Apsû. Puis elle prend la créature, qui symbolise un nouveau-né, sur ses genoux.

Quelques années plus tard, Enki est confronté au problème du surpeuplement de la Terre par les humains. Alors qu'Enlil, furieux contre les humains, déclenche le Déluge pour tous les exterminer, Enki vient au secours des hommes et des femmes en les prévenant de l'imminence du désastre et en leur expliquant comment l'éviter. Ensuite, il contribue à ramener Enlil à la raison et trouve la solution en abaissant l'espérance de vie des humains et en les exposant à des calamités limitant leur expansion.


Ea/Enki est donc un dieu ordonnateur, qui réorganise le monde pour le bien des dieux, tout en étant toujours bienveillant envers les hommes. Le mythe des Sept Sages rapporte comment des génies civilisateurs furent envoyés par lui pour apporter le savoir aux humains.
Étant une grande divinité mésopotamienne, Enki dispose de temples et chapelles dans plusieurs grandes villes, mais son lieu de culte majeur est la ville d'Eridu, ville antique de Basse-Mésopotamie qui serait aujourd'hui en Irak. S'y trouve son grand temple, l'É-Abzu, ou en français "la Maison de l'Abîme". C'est Enki lui-même qui construisit ce temple, comme le rapporte le Voyage d'Enki à Nippur :

 

Enki_by_merriya.jpg

 

 "En ce temps-là, quand les destins eurent été arrêtés,   

Et qu'une année d'opulence, venue du ciel,
Se fut déployée ici-bas comme verdure et gazon,
Sire Enki, roi de l'Apsû,
Enki, le seigneur qui arrête les destins,
Se construisit un palais, d'argent et de lazulite
Argent et lazulite étincelants comme le jour !
[...]
C'est à Eridu, sur le littoral, qu'il érigea ce palais
Dont les briques répercutaient l'écho de mille voix
Et dont les parois de roseaux mugissaient comme des bœufs !"

 

 


/Spawy



13/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres