L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV en page d'accueil.

L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV en page d'accueil.

La création du monde

   La Mésopotamie regroupait les civilisations des Assyriens, Akkadiens, Babyloniens et Sumériens, qui s'étaient développées entre les grands fleuves du Tigre et de l'Euphrate. Vers 3200 avant notre ère, la civilisation sumérienne donna naissance à une vaste mythologie qui, enrichie au fil du temps, résista aux changements. Le pouvoir mésopotamien quitta Sumer pour Akkad, puis pour l'Assyrie et enfin pour l'Etat de Babylone, mais les dieux restèrent les mêmes. Avec cependant une notable évolution en ce qui concerne leur apparence. Initialement confondus avec les formes de la nature et de sexe indéterminé, ils prirent lors d'une première modification une allure animale. Et finalement, ils ne se différencièrent plus des hommes que par leur taille, leur force et leur immortalité. Trêve de prologue enfin, attaquons par le moment crucial de la création du monde.

 

 

   A l'aube des temps n'existaient ni terre ni ciel ; seul l'élément liquide était présent. Apsû et Tiamat, l'eau douce et l'eau salée, régnaient. Puis un jour, les eaux d'Apsû se mêlèrent à celles de Tiamat pour former Mummu, les vagues, ainsi que le couple primordial, Lahmu et Lahamu. Plus tard, un autre enfant, Kingu, allait naître de leur union. Vinrent ensuite Anshar et Kishar, qui ensemble engendrèrent Anu, le premier roi des dieux. Celui-ci enfanta avec son épouse Ki le jeune Ea (que l'on trouve plus fréquemment sous le nom d'Enki), son frère Enlil, destiné à accéder au trône, et sa sœur Ninhursag. Mais les jeunes dieux qui résidaient dans le vaste corps liquide de Tiamat étaient si turbulents qu'ils dérangèrent leur ancêtre Apsû (Ah, ces jeunes ! Les valeurs se perdent !), qui commençait par ailleurs à s'inquiéter de leur pouvoir. Il décida donc de les détruire en s'associant à Mummu. Il confia ses plans à Tiamat, mais celle-ci fut réticente à de telles extrémités. Tiamat avertit Ea/Enki du complot et ce dernier captura Mummu avant de plonger Apsû dans un profond sommeil pour le tuer plus facilement. Tiamat en fut, pour le moins, assez mécontente... Mais l'outrecuidance d'Enki ne s'arrêta pas là, et il s'empara des profondeurs liquides où il s'installa en compagnie de son épouse Damkina. Celle-ci donna naissance à Marduk, le plus grand des dieux, qui adorait jouer avec le vent et créer des tempêtes.

 

Le temps passa et, encouragée par les autres divinités qui n'avaient pas non plus apprécié le meurtre d'Apsû, Tiamat se prépara à combattre Marduk, le fils de son ennemi. Elle convoqua onze monstres et serpents qu'elle plaça sous le commandement de son fils Kingu, qu'elle avait pris comme nouvel époux (tant qu'à faire). A ce même Kingu elle remit les Tablettes du Destin. Ea/Enki demanda à Marduk de relever le défi. Celui-ci accepta à la condition d'obtenir, en cas de victoire, le titre de chef suprême des dieux. Il fut doté d'armes au pouvoir irrésistible et souleva une tempête qui immobilisa Tiamat. Puis il mit l'armée en fuite et fit prisonnier Kingu, qui finalement, fut exécuté. Enfin et pour terminer les choses en beauté, Marduk divisa le corps de Tiamat. De la partie supérieure, il forma la voûte céleste avec étoiles et planètes ; de la partie inférieure il créa la terre ; et de ses yeux, il fit couler le Tigre et l'Euphrate. La déesse Ki en profita pour créer l'homme en mélangeant le sang de Kingu à de l'argile, sur les conseils d'Enki. Marduk confia ensuite les Tablettes du Destin, qu'il avait récupérées au cours de la bataille, à son oncle Enlil, puis il fut intronisé par l'assemblée des dieux qui érigèrent un sanctuaire en son honneur et donnèrent à celui-ci le nom de Babylone.

 

tiamat_marduk.jpg

 

"Lorsque Là-haut le ciel n’avait pas encore de nom,
Et qu'Ici-bas la terre n'avait pas de nom,
Seuls, Apsû, le primordial, le géniteur,
Et Tiamat, la génitrice qui les enfantera tous,
Mêlaient en un seul tout leurs eaux :
Ni bancs de roseaux n'y étaient encore agglomérés,
Ni cannaies n'y étaient discernables.
Des dieux nul n'était encore apparu,
Ils n'étaient ni nommés ni dotés de leur destin"


Enuma Elish, le poème de la création de l'univers.

 

 

 

/Spawy



11/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres