L'Encyclopédie Fantastique

L'Encyclopédie Fantastique

Héra

/!\  Attention cet article contient des propos à caractère machiste pouvant choquer les féministes les plus sensibles. L'auteur de ce message décline toute responsabilité en cas de réaction abusive à ces phrases  /!\



Héra est donc l'épouse légitime de Zeus dans la mythologie grecque. Toutefois elle n'est pas sa première épouse, l'immortel ayant été déjà marié avant par trois fois avec :
-La titanide Métis, mère d'Athéna, qui l'aidera a faire absorber à Chronos le vomitif qui libérera les olympiens
-Thémis, la mère des Heures (sortes de nymphes) et des moires (les fileuses du destin, nommées Parques par les latins).
-Mnémosyne, mère des neuf muses (divinités veillant chacune sur un art).

Pour séduire Héra, la stratégie employée fut absolument imparable : Zeus se transforma en petit oiseau (un coucou, dans le mythe que j'ai lu) tout mouillé et tremblant de froid. Héra apitoyée "se saisit de cet oiseau frileux; et, pour le réchauffer, le glissa sur son sein.". Une fois placé en cet endroit stratégique, Zeus reprit sa forme divine. Je vous laisse deviner la suite.
Une fois leur mariage célébré, Héra deviendra célèbre pour ses colères monstrueuses, déclenchées par les infidélités de son divin mari. Elle prendra un plaisir rageur à tourmenter les femmes qu'il aura séduites, harcèlera Héraclès toute sa vie (son nom signifiant littéralement "Gloire d'Héra") en lui inspirant des colères meurtrières, et ira même jusqu'à comploter contre Zeus avec l'aide de Poséidon et d'Apollon. Après l'échec du complot, Héra se retrouva suspendue au sommet de l'Olympe, avec une enclume d'or pendue aux pieds (Zeus a quand même un sacré sens de l'humour).

 

10689442_695916560489744_9206444851244632073_n.jpgHéra partageait avec Zeus certaines prérogatives liées au ciel, aux tempêtes, aux saisons et à l'autorité sur les dieux mais, toujours selon mon mythe "à un moindre degré comme il sied à une femme". Elle restait toutefois la déesse la plus respectée, comme digne femme du roi des dieux. Un seul homme se risqua à la séduire et il en subit une punition éternelle.


Ixion était un mortel ayant assassiné son beau-père dans des circonstances assez atroces, crime dont aucun dieu ne voulait le purifier. A force de prières il finit toutefois par apitoyer Zeus qui, en signe de pardon, l'invita à sa table.
Mais l'ingrat se mit alors à importuner Héra qui vint se plaindre à Zeus. Pour tester Ixion, il donna à un nuage la forme d'Héra et l'envoya tourner autour d'Ixion.
*voile pudique*
De leur union (oui oui, du nuage et d'Ixion) naquit les centaures, créatures a demi issues du rêve, comme toutes les chimères (j'approuve cette origine).
Zeus, furieux, précipita alors Ixion au Tartare où il fut attaché par des serpents à une roue enflammée. Il y tourne encore aujourd'hui.

 


Et comme je suis exceptionnellement gentil je vous accorde un deuxième petit mythe:

Lassée des infidélités de Zeus, Héra fuit un jour l'Olympe et partit se retirer sur l'île d'Eubée, ou Zeus l'avait séduite. Fort attristée de son départ (parce qu'il l'aime quand même sa petite épouse, même si elle s'énerve beaucoup), Zeus mit en place un ingénieux stratagème pour la reconquérir.
Il descendit sur cette île et fit courir le bruit de son mariage prochain avec une nymphe aux yeux clairs, afin d'attiser encore la jalousie de la déesse. Il plaça alors sur un char au trône d'or un mannequin de bois paré comme une divine mariée et l'envoya parader à travers l'île. Ignorant tout de la supercherie, Héra se rua sur sa "rivale" et lui arracha son voile. Découvrant alors la supercherie, elle se mit à rire et remonta sur l'Olympe le cœur apaisé.

Héra est la représentation archétypale de la matrone grecque : attachée, aimante mais aussi impulsive et colérique, elle est la juste déesse des femmes au foyer. Même si Zeus et elle n'ont eu que deux enfants (dont un incertain) et que Zeus s'absente souvent de l'Olympe, ils forment un couple royal et digne, qui règne sur l'Olympe comme sur l'univers. Protectrice de la femme en général, elle sauvegardait en elle la jeune fille, la fiancée, l'épouse et la mère.
La royale déesse était souvent représentée sur un trône élevé. Elle tenait dans une main une grenade, symbole de fécondité, et dans l'autre un sceptre surmonté d'un coucou. Ses cheveux étaient ornés de riches diadèmes, soulignant son air majestueux et grave.
Le paon lui était consacré car, disait-on, le plumage brillant et constellé de l'oiseau était le symbole de la magnificence du ciel étoilé, représentant pour les grecs, le visage d'Héra.

 


/Shaï-Hulud



10/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres