L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV sur le nouveau blog !

L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV sur le nouveau blog !

Chroniques Pokémon : La création de la matière, de l'antimatière et de l'esprit

 
 
New Game
-> Continue
 
 

   Après avoir créé les légendaires, Arceus se repose et laisse la création effective de l’univers à ses enfants. Ainsi commence la création de l’espace et du temps avec respectivement Palkia et Dialga. Mais tous les deux se battent dès qu’ils se rencontrent. Cette bataille titanesque représente de façon allégorique le combat inlassable entre le temps et l’espace, le temps rongeant les corps et les corps recherchant l’immortalité, c’est-à-dire à échapper au temps. Néanmoins, aucun ne prend le pas sur l’autre, car sans le temps, l’univers serait constitué de corps immobiles et sans corps, le temps ne s’appliquerait à rien et n’aurait donc aucune raison d’exister (vous la sentez la philosophie là ? Dites-moi encore que Pokémon c’est pour les gosses). Si leur combat dégouline de puissance divine, point d’inquiétude, puisqu’ils voyagent chacun dans des dimensions différentes, distinctes de la nôtre, et ne se croisent que rarement.

En créant la matière, Dialga et Palkia ont engendré la jalousie d’un autre légendaire : Giratina, le pokémon renégat. Jaloux, donc, de ses frères, il s’empresse de détruire autant de leurs créations qu’il peut. Ce qui est une grande source de désappointement pour Dialga et Palkia (imaginez que votre pimbêche de sœur détruise systématiquement tous les cadeaux que vous faites pour votre maman) mais aussi dans les hautes instances. Beh ouais, Giratina va à l’encontre des desseins du big boss. Et c’est Arceus lui-même qui termine la querelle. En effet, Dieu, par le bruit ennuyé, lui tint à peu près ce langage : « Si t’es pas content, au coin ! » Et Arceus de bannir Giratina dans le monde distorsion, une dimension propre à Giratina qui n’obéit à aucune loi de la physique. Cette dimension n’est pas hermétique. Chaque surface réfléchissante (comme l’eau ou les miroirs) est une porte donnant sur le monde distorsion dont seul Giratina a la clé. Du coup, il n’hésite pas à happer chez lui Dialga ou Palkia quand il le peut pour leur maraver la tronche (heureusement, ces surfaces miroirs n’existent que sur Terre).
 
10922367_812365698844829_8525617803747525304_o.jpg
Ceci étant, avoir un corps mobile c’est bien, mais avoir un corps qui peut se mouvoir de lui-même c’est mieux. Ainsi l’on voit apparaître le trio des lutins Crehelf, Crefollet et Crefadet qui représentent le savoir, l’émotion et la volonté, autrement dit l’esprit. Ces trois entités sont minuscules face aux titans que sont Dialga et Palkia. Pourtant, ils ont une suprématie sur ces derniers et peuvent les sceller (je veux dire ici qu’ils peuvent les expulser dans leurs dimensions respectives et amoindrir leurs puissance). On a donc de la matière et de l’esprit distincts et indépendants l’un de l’autre mais qui interagissent, et une supériorité de l’esprit sur la matière (Descartes, es-tu là ?). En revanche, le trio de l’esprit se fait défoncer par le Malin Génie – euh je veux dire par Giratina. En effet, ce dernier représente l’inverse du monde intelligible, donc la toute-puissance de l’esprit est inefficace face à lui (Descartes, encore toi !).

Au prochain cours, nous étudierons la modalité du monde, entre réel et idéal.
 
 

/Le Prof


24/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres