L'Encyclopédie Fantastique

L'Encyclopédie Fantastique

Les 12 travaux d'Héraclès : Les bœufs de Géryon

   Bonjour et bienvenue pour le plus expéditif des travaux d’Héraclès. Soyons brefs ici, pour mieux seoir au récit. Aujourd’hui, Héraclès va mener un combat aussi intense que court : il va dévaliser le troupeau de Géryon.

 

Géryon est un géant à trois corps, avec trois têtes, six bras et six jambes. Il était réputé comme l’être mortel le plus fort du monde. Il vivait entouré de ses mille bœufs roux loin, très loin de la Grèce dans un coin qu’on nommait Erythie (dans l’extrême ouest, vers le couchant). Eurysthée y envoie Héraclès dans une optique double : si Héraclès échoue, il en sera débarrassé définitivement et Géryon ne viendra pas en représailles ; s’il réussit alors le royaume d’Eurysthée sera enrichi de mille bœufs. Il est donc gagnant sur tous les tableaux.

 

Evidemment, Héraclès y va, ça prend son temps mais au moins ça lui fait voir du pays. Il arrive pas loin de la ferme de Géryon et est accueilli par Eurytion, le bouvier de Géryon (un chien de berger en somme), mais un bouvier assez vénère. Héraclès l’éclate en deux secondes avec sa masse en bois d’olivier, qu’il avait renouvelé bien vite après le lion de Némée. Quand Géryon en est alerté, il envoie Orthros, un chien à deux têtes, frère de Cerbère, et se prépare lui-même au combat. Bon, Orthros se fait défoncer en moins de deux aussi. Mais Géryon a eu le temps d’enfiler ses trois casques, de prendre ses trois boucliers et ses trois lances. Il arrive auprès d’Héraclès et engage le combat. Il y a échange de quelques coups quand soudain, le géant s’effondre sans rien comprendre. Héraclès avait en effet décoché l’une de ses terribles flèches agrémentées de venin de l’hydre de Lerne sans que Géryon ne s’en rende compte. La promesse d’un combat dantesque s’effondre aussi vite que le tergeminus (comme l’appelle le poète lyrique grec du VIème siècle av. JC, Stésichore). Héraclès n’a qu’à ramener les bœufs à Eurysthée. Ce dernier est content et valide le travail. Héraclès se repose un peu, avant de retourner au labeur d’un onzième travail.

 

Sur ces mots, encore une fois brefs, je vous dis à bientôt pour le début de la fin de ce marathon herculéen.

 

 

 

/Le Prof

 



16/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres