L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV sur le nouveau blog !

L'Encyclopédie Fantastique a déménagé ! RDV sur le nouveau blog !

Ungoliant

  Bien le bonjour à tous ! Dans le bestiaire maléfique de la Terre du Milieu, nous avons déjà évoqué les Nazgûls, serviteurs de Sauron, et les Balrogs de Morgoth, serviteurs… de Morgoth (sachant que Sauron était lui-même un capitaine de Morgoth). Aujourd’hui, j’ai une pensée pour les arachnophobes puisque nous allons parler de la création la plus monstrueuse et la plus puissante que Morgoth ait jamais faite : Ungoliant.

Pourquoi les arachnophobes ? Parce qu’Ungoliant est une araignée géante. Dans le film Le Retour du Roi de Peter Jackson (gloire à lui) on voit une araignée géante. Ce n’est pas Ungoliant mais Shelob, une descendante de la première. Il en va de même pour les araignées que l’on peut voir dans la Forêt Noire (cf. The Hobbit, La Désolation de Smaug de Peter Jackson). Vous les trouviez grosses ? Elles sont minuscules par rapport à leur mère (comme vous pouvez le voir sur l’image, sachant que c’est Morgoth qui se tient à ses côtés et qu’il faisait bien au moins 2 ou 3 mètres) !

 

11987160_892500524164679_6972005995410459047_n.jpg
"Pourquoi est-elle si terrible ?" me demanderez-vous. "Pourquoi ne la voit-on dans aucun des films ?" insisterez-vous. Ne vous inquiétez pas, j’y viens. Mais avant de vous en parler en détail, il faut que j'évoque d’abord les deux arbres et les Silmarils.


J’ai souvent cité les deux arbres de Valinor sans les décrire vraiment, justement pour ce moment. Quand Yavanna créa les végétaux et les animaux, elle imagina deux arbres : l'un aux feuilles d’or et l’autre aux feuilles d’argent (les couleurs, pas les métaux). Ils brillaient d’une lumière magnifique (l’une dorée et l’autre argentée). L’ainé des arbres, celui d’argent, s’appelait Telperion. Celui d’or se nommait Laurelin. Ils donnaient sa lumière à Arda ainsi que ses jours. C’était l’œuvre la plus grandiose d'Yavanna, de celles qu’on ne peut faire qu’une seule fois dans son existence. Mais Melkor n’aimait pas ces arbres (comme tout ce qu’ont pu faire les Valar). Vinrent les elfes et Melkor fut fait prisonnier par les Valar après une grande guerre : la Grande Guerre des Puissances. Après son emprisonnement, Melkor fut libéré sur parole par Manwë (Manwë ne connaissait pas le mal ni le mensonge, à cette époque). Il vécut aux côté des Valar et des elfes pendant longtemps, toujours sympathique, cachant sa haine et ses intentions. Il apprit son art aux elfes. Le plus attentif et le plus doué était Fëanor. Ce dernier arriva au summum de son art en parvenant à capturer la lumière des Arbres dans trois joyaux : les Silmarils. Encore ici, il s'agit d'une œuvre qu’on ne peut réaliser qu’une fois dans son existence. Melkor bouillonnait et, insidieusement, montait Fëanor et certains elfes contre les Valar. Mais Fëanor, s’il avait en effet de la rancœur envers les Valar, n’était pas dupe pour autant du jeu de Melkor ; Melkor qui dût fuir Valinor finalement. Mais il en profita pour subtiliser les Silmarils. De là, dans l’hébétement général, il retrouva Ungoliant et lui promit monts et merveilles pour se servir d’elle. 

Oui, Melkor, le plus puissant des êtres jamais créés ne contrôle pas sa propre créature. C’est dire comme Ungoliant est puissante.  Et cette puissance ne repose pas seulement sur sa force et son poison. Elle réside principalement dans sa gloutonnerie. Alors Melkor lui promit de pouvoir tout manger. Et là, il lui proposa le meilleur repas qu’elle ait jamais pu prendre : Laurelin et Telperion. Elle ne laissa pas une seule goutte de leurs sèves. Ainsi dépérirent les arbres de Valinor. Les efforts de Yavanna et de Nienna ne permirent que de faire pousser une fleur issue de Telperion et une fleur issue de Laurelin ; fleurs qui furent attachées à des vaisseaux dans le ciel, conduits par les Maiar Arien et Tilion, ce qui donna respectivement le Soleil et la Lune.

Bref, l’histoire d’Ungoliant ne s’arrête pas là. Morgoth et Ungoliant n'étaient guère loin de chez eux quand une dispute survint. Morgoth avait sous-estimé l’appétit de l’araignée. Pourtant, elle venait de s’empiffrer de tous les joyaux de la salle du trésor de Fëanor et des deux arbres, mais elle s’était aperçue de l'existence des Silmarils et du fait que Morgoth les cachait pour lui. Et elle avait faim. Elle avait faim. Elle voulait goûter à nouveau à la saveur des arbres. Elle voulait les Silmarils. Mais Morgoth n’en démordait pas. Ni lui ni elle d’ailleurs. Et l’affrontement fut inévitable. Encore aujourd’hui, on peut entendre les hurlements dans la vallée où ils combattirent. Finalement, Ungoliant s’enfuit, mais Morgoth, s’il avait conservé les Silmarils, en avait payé le prix : Ungoliant l’avait blessé grièvement. Pas assez pour le tuer, mais suffisamment pour l’affaiblir et le faire souffrir à jamais. Voilà pourquoi je disais tantôt qu’elle était si terrible.

Quant à savoir pourquoi elle n’apparait pas dans les films, c’est simplement parce qu’elle est morte mes cocos. Comment ? C’est assez simple… et stupide à la fois. Après le combat contre Morgoth, Ungoliant se retrancha dans une zone montagneuse (où exactement est sans importance) où elle engendra ses enfants (dont on voit les descendants dans les films). Mais elle avait toujours faim, et elle mangea nombre de ses progénitures. Les autres ayant fui, elle n’eut plus rien à se mettre sous la dent, alors elle se dévora elle-même. En entier. Comme ça. Tranquille. Et c’est ainsi que finit l’histoire d’Ungoliant.

Je ne vous dis pas ce que je vous servirai la prochaine fois, pour plus de suspens. Mais jusque-là, portez-vous bien et à bientôt pour une autre chronique.

 



/Le Prof



02/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres