L'Encyclopédie Fantastique (Blog en cours de déménagement)

L'Encyclopédie Fantastique (Blog en cours de déménagement)

Mythologie Scandinave


Ymir

   Au commencement, l'univers n'était qu'un abîme au nom particulièrement flatteur de Ginnungagap. Puis, de part et d'autre de cet abîme apparurent peu à peu deux mondes : un monde de feu et de flammes nommé Muspellheim et un monde de froid et de glace nommé Niflheim. Au point de rencontre entre ces deux mondes, la glace fondit et laissa apparaître une forme colossale : Ymir (who was not here... until now). Ymir était un géant de givre, dont la principale occupation était de dormir en prenant de la place. Mais les parties de son corps proches de Muspellheim commencèrent progressivement à fondre révélant divers... Trucs.

 

10169428_818689788212420_6517567316480981582_n.jpg
Pour commencer, sa sueur forma un couple de géants des glaces. Puis la fonte se poursuivant, une immense vache fut révélée (on trouve de tout dans Ymir), son petit nom étant Audhumla. Les géants purent alors se nourrir du lait de la vache, qui léchait elle-même la glace d'Ymir pour boire l'eau issue de la fonte. Sous les coups de langue de la vache finit par émerger la tête d'un nouveau géant, puis progressivement son corps entier. Les trois géants partirent alors pour élire domicile dans Niflheim (au vu du choix qui leur était proposé, je pense que les gros glaçons ont fait au plus pertinent). Buri, le dernier des trois, y enfanta Bor, lequel eut plus tard avec la fille d'un autre géant, trois fils : Odin, Vili et Vé. Les aventures qui vont suivre sont essentiellement celles d'Odin, ses deux frères servant essentiellement à l'accompagner dans ses quêtes. Pour citer l'ouvrage de Snorri Sturluson Ynglinga Saga, référence absolue en matière de mythologie scandinave : "Odin était le plus éminent d'entre tous, et tous les autres apprirent de lui". Ensemble, ils finirent par tuer Ymir pour éviter d'avoir à subir ses attaques s'il décidait un jour de se réveiller. Dans une autre version un peu plus fun, Odin sort du ventre d'Ymir tel un Chestbuster, le tuant ainsi en naissant au milieu des tripes du géant. Dans tous les cas, Ymir est mort et bien mort. Le sang coulant de ses plaies noya tous les géants de givre, sauf un couple qui permit de perpétuer la race. Ceux-ci s'enfuirent sur un tronc d'arbre creux et élurent domicile à Jotunheim, qui restera à l'avenir le fief des géants de givre. Les trois dieux (Odin et ses frères) commencèrent alors à construire la Terre en utilisant le corps d'Ymir. Ses os firent des montagnes, son sang coula à flots pour irriguer les rivières et remplir lacs et mers, et son crâne constitua la voûte céleste. Le ciel fut ensuite décoré d'étoiles par la projection en l'air des braises de Muspellheim.

 

Ne manquait alors aux dieux qu'un peuple : ils donnèrent vie au premier homme, Ask, en utilisant un frêne, et à la première femme, Embla, à partir d'un orme.

 



/Shaï-Hulud


10/04/2015
0 Poster un commentaire

Les Neuf Mondes

   Dans ce vaste monde tout commence par un arbre. Yggdrasil est son petit nom et frêne est son espèce. C'est sur les branches et dans les racines de cet arbre que vont venir se loger les neuf mondes qui sont respectivement (de haut en bas) :


-Asgard, ou Asaheim : le monde des Ases, les dieux les plus connus, terre de temples et de palais gigantesques bâtie par Odin et ses frères après avoir vaincu Ymir. Grosso modo c'est comme chez nous mais en plus beau et en beaucoup, beaucoup plus grand. On y trouve les dieux les plus connus comme Odin, Thor, Tyr, Heimdall... On y trouve aussi le Valhalla, équivalent nordique du paradis. C'est un palais dans lequel Odin reçoit ceux qui sont tombés au combat. Toute la journée ceux-ci s'y battent en prévision de Ragnarok, et toute la nuit ils y festoient. Tout ce qu'il faut à son bonhomme quoi.

-Vanaheim, le monde des Vanes : les Vanes sont d'autres divinités. Mais si les Ases sont généralement liés à la guerre, les Vanes vont plus être rattachés à la magie, la fertilité, la fécondité, la prescience... A cette famille sont rattachés la déesse Freyja (ou la personne que tout le panthéon veut se taper), Freyr, Njörd...

-Alfheim : le royaume des elfes de lumière. Ce sont des êtres semi-divins assez proches des Vanes dans leurs attributions (magie, fertilité, culte des ancêtres...). Leur roi est un Vane, frère de Freyja, qui se nomme Freyr.

-Midgard ou Mannheim : you are here. C'est le monde des hommes fabriqué à base de morceaux du corps d'Ymir.

-Jotunheim : monde froid où les géants du givre survivants se sont réfugiés et ont perpétué leur race.

-Svartalfheim : le monde des elfes noirs. Si les elfes d'en haut sont beaux et lumineux, ceux-là sont sombres et moches. 


-Nilfheim : monde de glace que j'ai déjà évoqué précédemment. Les dieux s'en servent pour garder au frais les morts de maladie ou de vieillesse.

-Muspellheim : je l'ai aussi déjà évoqué. Feu, flammes, chaud. Il ne s'y passe pas grand-chose, je ne crois même pas qu'il soit habité. Il sert au début à créer Ymir puis... Non il y fait vraiment trop chaud.

-Helheim ou Nibelheim : le royaume des morts en général (bah oui parce que tout le monde ne meurt pas à la guerre ou de maladie). La fille de Loki, Hel, veille sur les morts dans cet équivalent des enfers.


arbre mondes.jpg
Voilà pour vous donner un aperçu de l'univers. Le passage d'un monde à l'autre est difficile voire impossible, sauf pour les dieux qui utilisent le Bifrost (immense pont qui se matérialise par des arc-en-ciels). Il y a aussi une vaste faune qui vit dans l'arbre, à différents niveaux mais je pense que ce serait un peu long à caser dans cet article. La prochaine fois si vous le voulez.

 

 

 

/Shaï-Hulud


23/04/2015
2 Poster un commentaire

La faune d'Yggdrasil

   Après cette introduction qui a dû vous laisser à genoux en l'attente de ce qui allait suivre (cf Les neuf mondes), voici une superbe liste des trucs qui vivent sur Yggdrasil et qui ont pour particularité de n'être ni des mondes, ni Odin empalé.

 

11127474_831055140309218_5165698724495314364_o.jpg

 

Tout commence par un cerf. Ou quatre. Mais je vais en rester à la version du cerf unique. Il s'appelle Eikthyrnir et broute les rameaux de l'arbre alors que de son ramage ruisselle tant d'eau que celle-ci suffit à alimenter les rivières des neuf mondes. Beau bestiau.


Ensuite au sommet de l'arbre se trouve un aigle qui n'a pas de nom (Je ne rigole pas, j'ai lu un article entier nommé Yggdrasil and the unnamed eagle et ils ne donnaient jamais son nom. J'aurais dû croire le titre). Entre les yeux de cet aigle se trouve un faucon nommé Vedrfölnir qui a pour principale qualité d'être là et d'avoir donné son nom à un groupe d'extreme folk metal (je suis désolé mais cette qualification m'a juste tué).


Tapi sous l'arbre se trouve le dragon Nidhögg qui passe le plus clair de son temps à ronger sa troisième racine quand il ne suce pas les cadavres des meurtriers, adultères et parjures qui ont été envoyés sous l'arbre. Le premier qui fait une remarque sur le fait de sucer les adultères sera jeté dans le Muspellheim, monde de ... ?


Niddhög et l'aigle ne peuvent pas se sentir et le second essaie souvent de manger le premier (ce qui est difficile car le dragon est vraiment très gros). Pour éviter de se fatiguer à se battre, ils se contentent juste de se détester de loin et c'est là que Ratatosk entre en scène : cet écureuil parcourt Yggdrasil de haut en bas pour transmettre à l'aigle les insultes du dragon et inversement. Très honnêtement j'adore son job. Je l'ai donc mis sur l'illustration.


Voilà un article énumératif, bref mais intense.

 

 


/Shaï-Hulud


26/04/2015
8 Poster un commentaire

Garm

  Bien le bonsoir. Puisque nous sommes dans la mythologie scandinave, j'aimerais faire un petit détour par les enfers, Helheim de leur petit nom, afin d'en rencontrer le gardien. Ce ne sera pas bien long, ne vous inquiétez pas, il n'aura pas le temps de se montrer agressif envers vous. Enfin... Dans le doute, munissez-vous quand même d'un petit gâteau ! 

14563523_1144525058962223_2761031630746088200_n.jpgGarm est le Cerbère de la mythologie scandinave. Solidement enchaîné, il garde Gnipahellir, le "roc béant" (c'est-à-dire la caverne permettant l'accès au royaume des morts), depuis une dépendance nommée Gnipa. Il ne possède pas moins de deux paires d'yeux et son ventre est constamment couvert de sang frais. Pour passer devant lui sans être inquiété, il faut être muni du gâteau de Hel, la terrible déesse qui règne sur le royaume des morts. Or elle ne le remet qu'aux hommes ayant donné du pain aux pauvres qui mourraient de faim, pendant leur vie (n'hésitez pas à m'arrêter si vous pensez pouvoir contester cette information, car il semblerait, d'après toutes les sources que j'ai consultées, qu'il y ait une espèce de confusion entre Cerbère et Garm concernant ce gâteau).

Une fois le monstrueux chien apaisé, le défunt peut entrer dans Helheim, qu'il découvre froid et brumeux. Il est alors encore libre de s'enfuir, si tant est qu'il soit tenté d'affronter Garm à mains nues, car le point de non-retour se situe sur le pont Gjallabrú, la prochaine étape de son périple. L'édifice incontournable est soutenu par de solides piliers recouverts d'or et surplombe la rivière Gjöll, que l'on peut rapprocher du Styx grec. Il est gardé par la géante Módgud. Vierge et sombre femme, elle a pour mission de demander à chaque personne qui prétend traverser la rivière qui elle est, et pourquoi elle se trouve ici. Une fois ces formalités administratives remplies, deux options s'ouvrent au défunt. Soit il s'arrête pour mener une joyeuse existence de mort, soit, s'il est décédé de maladie ou de vieillesse, il poursuit sa route vers Niflheim, le glacial monde de l'obscurité.

Le jour du Ragnarök, tous les morts ressusciteront pour livrer leur ultime bataille et les chaînes de Garm tomberont. Ils combattront sous les ordres de Loki contre les valeureux guerriers sortis du Valhalla dirigés par Odin. La moitié de l'humanité et la quasi-totalité des dieux périront lors de l'affrontemen. Quant à Garm, il combattra le manchot Tyr, jusqu'à ce que les deux adversaires en meurent. 
 
 

/Spawy

14/10/2016
0 Poster un commentaire

Les Elfes

   Bonsoir tout le monde ! Aujourd'hui je vous propose de retourner à la mythologie scandinave pour y retrouver une figure des plus célèbres : les elfes. Il sera peut-être nécessaire, pour comprendre certains noms de lieux, de vous référer à notre article sur Yggdrasil.

Depuis le succès des œuvres de J.R.R Tolkien, les elfes sont perçus comme des êtres de grande beauté, immortels, dotés de pouvoirs magiques et ne se distinguant physiquement des humains que par leurs oreilles pointues. C'est d'ailleurs ainsi que Le Prof vous les a présentés dans ses articles relatifs aux créatures de l'univers de cet auteur que nul ne peut ignorer. Il ne s'agit cependant que d'une réinterprétation d'un mythe plus ancien, dans lequel elfes et nains ne sont pas si différents. Comment ? Qu'ouï-je ? Elfes et nains semblables ? Hé oui, non seulement semblables, mais bien souvent confondus, du moins dans les premiers temps qui suivirent la migration d'une partie des elfes scandinaves, dénommés Alfes, sous la terre.

Les Alfes de la mythologie nordique sont en effet divisés en deux sous-espèces, que Snorri Sturluson désigne comme les Alfes sombres et les Alfes lumineux. Les premiers sont petits de taille et vivent sous terre, à l'instar des nains, et les seconds présentent une apparence belle et radieuse qu'il ne faut surtout pas interpréter comme le signe d'une bonté de caractère. Tous seraient associés à la fertilité et à la guérison et posséderaient un caractère semi-divin. Ils seraient néanmoins capables de toutes les méchancetés, autant que de bonnes actions.

Snorri Sturluson écrit après avoir lu l'Edda : "Il y a un endroit là [dans le ciel] qui s'appelle la demeure elfe (Álfheimr). Les gens qui y vivent sont appelés les elfes lumineux (ljósálfar). Mais les elfes sombres (dökkálfar) vivent ci-dessous dans la terre, et ils ont une toute autre apparence — et très différents d'eux en réalité. Les Elfes Lumineux sont plus lumineux que le soleil en apparence, mais les Elfes Sombres sont [ténébreux]."

14462886_1137456933002369_3136086139857180127_n.jpgSuite à une violente guerre ayant opposé deux clans d'Alfes qui, alors, n'étaient pas si différents, toute une partie de la population dut quitter Alfheim, gouvernée par le dieu Freyr. N'ayant aucun endroit où aller, le groupe s'enfonça sous terre, jusqu'à rencontrer les nains. Ceux-ci les prirent en pitié et voulurent bien leur concéder un morceau de territoire, qui devint Svartalfheim. La proximité géographique, et bientôt physique, des deux espèces aboutit rapidement à une confusion dans les esprits. Pourtant, ces Alfes, qui prirent alors le nom d'Alfes sombres, s'accrochèrent longtemps à leur ancienne existence lumineuse. Ils tentèrent de recréer un monde végétal à partir du minéral, en disposant des gemmes de manière à former des semblants d'arbres, et placèrent les plus beaux diamants sur les plafonds de leurs cavernes, pour qu'ils étincellent comme une nuit étoilée. L'illusion ne dura qu'un temps et, bientôt, les Alfes sombres s'enlaidirent. Leur peau blanchit, leurs yeux devinrent noirs, et leurs cheveux prirent une teinte argentée.

 
 

/Spawy

12/10/2016
0 Poster un commentaire

La Huldre

   Connaissez-vous la bergère à queue de vache ? Non ? C'est normal, car la Huldre est presque inconnue de nos contrées.

 

S'il est né de la tradition orale norvégienne, le mythe des Huldres a connu une réécriture chrétienne qui seule aujourd'hui propose une explication à la naissance de ces créatures à l'apparence faussement humaine. Je vais donc vous conter cette version, afin de satisfaire l'usage qui veut que l'on commence une histoire par son début. Tout partit d'une situation banale. Une femme, mère de plusieurs enfants, lavait ces derniers dans son chalet quand Dieu en personne entra dans sa maison (fin de la banalité). Comme elle n'avait pas achevé son ouvrage et que les marmots n'étaient propres que de la tête et du torse, la femme cacha le bas de leurs corps, dont la saleté lui faisait honte. Dieu, voyant cela, décida que plus jamais l'humanité ne devrait avoir à poser les yeux sur la moitié souillée des corps de ces enfants (parce que, c'est tout). Les jeunes garçons s'en tirèrent sans séquelles, mais les filles, elles, virent leurs corps se déformer sous la malédiction : une longue queue de vache leur poussa, et leurs dos se creusèrent jusqu'à former un trou au niveau de leurs colonnes vertébrales. Elles devinrent ainsi les premières Huldres (hulderfolket si nous voulons employer le pluriel correct). Une variante suédoise préfère une queue de renard à une queue de vache, sans doute pour évoquer une certaine perfidie de la créature, mais c'est une version bien moins prisée.

 

Réfugiées dans la forêt, les Huldres n'eurent plus qu'un seul objectif : épouser un homme. Il s'avéra en effet que le sacrement du mariage était l'unique porte de salut de ces femmes. Au jour de la cérémonie, et à condition que l'union soit consentie et sans violence, leur horrible queue tomberait et leur dos redeviendrait visible (là apparaît tout l'intérêt de la légende pour la religion chrétienne, qui encourage à travers ce biais une vie maritale rangée et sans excès). Sortant de la brume déguisées en bergères, elles abordèrent alors les hommes qui passèrent près de leur cachette, et presque toujours, elles parvinrent à les séduire, grâce à la Huldre Slaat, une chanson envoûtante qu'elles scandèrent. Il faut préciser par ailleurs que la nature les avait particulièrement gâtées, et qu'elles étaient plus belles que n'importe quelle humaine. Cependant, la séduction n'aboutit qu'à peu d'épousailles. Il fut en effet difficile pour la plupart d'entre elles de dissimuler leur appendice caudal sous leur jupe, et les jeunes prétendants furent révulsés à cette vue. Les Huldres devinrent alors les succubes des bois, condamnées à attendre un homme capable de supporter leur difformité. Elles établirent des rituels, et suivant le statut du garçon qui passait près d'elles, elles adaptèrent leur attitude. Si l'individu était marié, elles apparaissaient nues, tentatrices, en véritables démones. Mais s'il était célibataire, leur objectif reprenait le dessus, et elles se présentaient en bergères timides et jolies.

 

13902715_1093407064074023_8303114713655731239_n.jpgCommençait alors une période complexe de séduction. Si l'homme était assez amoureux pour supporter la queue de vache et la difformité du dos, la Huldre le mettait à l'épreuve. Il devait, pendant une longue période, pouvant aller jusqu'à plusieurs années, taire le mariage à venir et rester à distance de sa promise, sans l'oublier. S'il était capable de passer des mois, ou des années, sans voir la Huldre et sans la tromper, alors ses sentiments étaient jugés assez purs pour mériter qu'elle se donne à lui. Bien entendu, cela arriva peu... Et pourtant, cela valait le coup. Car les Huldres qui parvinrent à trouver leur prince se révélèrent d'excellentes épouses, créatrices d'un profond et pur bonheur. Il ne s'agit donc pas de créatures malfaisantes, même si certaines de leurs actions peuvent être mauvaises.

Des coutumes aujourd'hui disparues naquirent de ce mythe. Avant de faire bâtir une maison, ses futurs occupants devaient passer une nuit entière sur le terrain qui la verrait sortir de terre, avec tous les outils. S'ils faisaient de mauvais rêves à cette occasion, ils en déduisaient qu'une Huldre vivait non loin et qu'elle tenterait de s'en prendre à leur mariage. Ils changeaient alors leurs projets.

 

J'espère que cela vous a plu, et que vous saurez quoi faire si un jour votre petite amie révèle une longue queue de vache.

 

 

 

/Spawy


18/08/2016
0 Poster un commentaire

Le Berserker

   Bien le bonjour, mes petits amis. J’espère que vous ne craignez pas le froid car aujourd’hui on s’en va en voyage scolaire dans les lointaines contrées nordiques scandinaves. Alors préparez vos moustaches, manteaux en peaux de bébé phoque, drakkars et collectors de Skyrim et allons ensemble compléter nos connaissances vikings. Je préfère vous prévenir séance tenante, je n’ai toujours pas internet au moment où j’écris. Donc, il sera plutôt question ici d’un article à la sauce Vagabond Immobile.
 
13458699_1058044680943595_8735385847588853424_o.jpg
Aujourd’hui, donc, nous allons causer berserker. Je ne pense pas me tromper quand je dis que la plupart d’entre vous connaissent l’état berserker ou la capacité de berserk, tous deux très présents dans la culture rôliste. Vous serez donc surpris – ou pas – de savoir que les rôlistes ont piqué cela à la mythologie nordique.

Le berserker. Est-ce une créature d’un autre monde ? Une divinité ? Un autre fils improbable de Loki ? Pas du tout, jeune profane. Un berserker est un homme. Je dis bien « un » parce qu’il y eut plusieurs berserkers. Les premières et seules traces de berserkers viennent, comme à peu près tout ce qui touche la mythologie nordique, de l’Edda poétique. Vous savez certainement que la culture du guerrier est très présente dans ce qu’on sait de cette époque. Songez alors aux guerriers humains qui ont brillé particulièrement sur des champs de bataille épiques. Ces guerriers, les dieux les ont remarqués. Et malins comme ils sont, – si vous n’aviez pas encore compris que les dieux nordiques ne sont pas que des blondinets super bourrins, allez relire les articles sur cette mythologie – ils se disent que les avoir dans leurs rangs quand ils vont poutrer quelque ennemi d’Asegard ne serait pas une mauvaise idée. Mais aussi valeureux soient-ils, les hommes sont faibles. C’est pourquoi les dieux les pourvoient d’armes « magiques » – probablement sorties des manufactures naines – qui décuplent leur puissance.

Dans la culture populaire, le berserker est un individu dans l’état de berserk ou capable d’entrer dans cet état. L’état de berserk est assez dangereux, autant pour son manieur que son entourage. Pour le manieur donc, parce que le berserk est assez compliqué à utiliser, ne se déclenchant pas à volonté (de même pour son arrêt). Aussi a-t-il tendance à se manifester lors d’une forte charge émotionnelle ou d’une mort imminente. De plus, ce décuplement de puissance met à rude épreuve le physique du berserker (imaginez utiliser 200% de votre force sans aucune retenue). Le berserk est à côté de cela assez dangereux pour son entourage. En effet, il laisse place à toute sa rage et son animalité, souvent à défaut de sa raison. Reconnaître qui est ami ou non est donc très difficile. Le berserker va alors faire simple : dans le doute, taper tout le monde.

Voilà, je pense vous avoir donné un bon aperçu du berserker. Maintenant je m’en retourne à ma lassitude devant la pluie incessante de ce pays horrible qu’est la Corrèze. A plus tard dans le drakkar !
 


/Le Prof

28/06/2016
0 Poster un commentaire

Loki

   Après une véritable traversée du désert pour trouver une image qui me convienne, je m'attaque enfin à un article sur Loki. On va parler de zoophilie, perso ça me motive. Mais déjà on va spoiler un film récent et dire que non, Loki n'est pas un enfant d'Odin. Ce n'est pas non plus un Ase. En fait c'est un peu un squatteur, un géant qui vit quasiment tout le temps chez les dieux sans en être un.

11221622_849827818431950_7809396567670667818_o.jpgLoki est un enfant de géants (Farbauty et Laufey) et géant lui-même. Il descend d'Ymir mais ne se trouve pas sur la même branche du frêne généalogique qu'Odin. Son statut de géant implique plusieurs choses : les Ases ne l'aiment pas, il n'a pas de sexe défini et il a un petit côté fourbe. Grosso modo quand dans la mythologie nordique quelque chose ne va pas, on soupçonne Loki. Et la plupart du temps on a raison. Il est le véritable élément perturbateur de cet univers et incarne le désordre, la malice et l'irrationalité. Car en plus d'être fourbe, Loki est le roi des plans foireux. Il ne part pas systématiquement avec de mauvaises intentions mais provoque toujours des catastrophes dont il est bien souvent la première victime. Toutefois les Ases font souvent appel à ses conseils pour régler des problèmes... dont il est presque toujours la cause.


Bref, notre Loki est marié à Sigyn, à qui il a donné un fils : Narfi. Mais il a des enfants bien plus intéressants avec d'autres. Par exemple, avec la géante Angrboda, il a trois monstres célèbres, respectivement : Fenrir, un énorme loup déchaîné (puis enchaîné), Jörmungand, un serpent gigantesque vivant dans la mer qui entoure Midgard (le monde des hommes, pour ceux qui ont oublié) et Hel, déesse des enfers. Dans la pratique, ces trois enfants sont exilés puisque l'on a prédit qu'ils causeraient de grands dommages aux dieux. Tous auront un rôle important dans le Ragnarok.

J'ai précisé que Loki n'avait pas de sexe défini. Cela va avec la capacité de changer de forme à volonté. Je m'en vais donc vous conter une petite histoire, pour votre bon plaisir, au cours de laquelle un autre de ses enfants vit le jour.

 

Un jour vint à Asgard un homme qui se présentait comme un maître bâtisseur. Il s'engagea à faire du palais des dieux une forteresse en seulement trois semestres, tout seul. Modeste, il demanda pour seul paiement la déesse Freyja, le Soleil, et la Lune. L'exploit leur semblant impossible, les dieux acceptèrent sur le conseil de Loki. Mais ils se rendirent vite compte que l'artisan n'était pas un homme ordinaire : il était doté d'une force surhumaine et son cheval se déplaçait plus vite que le vent. Ainsi, quelques jours avant la fin du délai, les fortifications étaient bien érigées et il ne restait plus qu'à terminer la porte. Bien évidemment les dieux n'étaient que peu disposés à rétribuer l'artisan. Ils firent donc appel à Loki pour arrêter cela par un marché. Voyant que le cheval était l'atout-maître du constructeur, Loki décida de se changer en jument afin de l'attirer loin de son propriétaire. Il avait malheureusement sous-estimé la vitesse de l'étalon, qui réussit à le rattraper pour lui faire son affaire. Furieux de cette manœuvre des dieux, l'artisan se mit à tout casser, révélant sa véritable nature de géant ! De là, les dieux n'eurent aucun scrupule à envoyer Thor lui régler son compte d'un bon coup de marteau sur la tête. Toutefois le cheval (répondant au doux nom de Svadilfari) avait eu le temps de faire sa fête à Loki-jument, ce qui fit tomber celui-ci enceint. Le temps d'une gestation chez les géants, Loki donna naissance à un adorable poulain à huit pattes : Sleipnir, qui deviendra la monture d'Odin. Ce cheval fabuleux avait la vitesse de son père et... les yeux de sa mère, probablement.

 

loki__s_children_by_sandara-d51u7zd.jpg
Loki est aussi connu, et haï, pour avoir assassiné Baldr, dieu de la lumière. Ce fils d'Odin et de Frigg était en effet aimé et honoré de tous, mais Loki l'enviait. Frigg, inquiète pour son fils, avait fait jurer à tous les éléments du monde de ne jamais faire de mal à Baldr, engendrant une situation défiant les lois de conservation de l'énergie : dès lors qu'on tentait de lancer un objet sur le dieu, l'objet en question se jetait sur le côté pour éviter de le frapper. Mais Frigg avait omis de s'adresser au gui, le jugeant inoffensif ou simplement par distraction. Avec beaucoup de patience, Loki tailla une lance en gui et la projeta sur Baldr lors d'un jeu fréquent sur Asgard : "viens on lance plein de trucs sur Baldr pour voir les objets l'éviter". Bien sûr, la lance ne l'évita pas, le tuant sur le coup.

Les dieux affligés allèrent aux enfers supplier Hel de le libérer. Celle-ci se montra prête à accéder à leur demande, à condition que tout le monde accepte le retour de Baldr. Les dieux partirent donc à travers le monde demander "voulez-vous que Baldr, dieu trop cool de la lumière, revienne ? Sérieusement cela retarderait la fin du monde !" Bien entendu tout le monde accepta, sauf une petite vieille acariâtre, juchée sur une colline. Ainsi Baldr resta mort. Sauf que l'on découvrit ensuite que la petite vieille n'était autre que Loki déguisé (trop de twists dans cet article). Le mal était fait, mais les dieux gardèrent envers le géant une rancune féroce.

C'est d'ailleurs l'avant-dernière histoire où Loki embête les dieux puisque peu après, il se rendit à un banquet dans la halle d'Odin pour... Bah en fait pour insulter tout le monde. Lors de son entrée, tous se turent. Odin lui suggéra de repartir pour apaiser le malaise mais Loki s'assit et se mit à boire, avant d'insulter successivement tous les principaux dieux attablés. Jusqu'au moment où Thor, qui était en retard, débarqua. Celui-ci décida de convaincre subtilement Loki de se calmer en le menaçant de lui fendre le crâne de son marteau. Loki, connaissant l’agilité de Thor à cet exercice, se rendit finalement à la vengeance des dieux. Là arriva la terrible punition (après la capture de Loki sous la forme d'un saumon, intéressante mais longue) : les dieux emmenèrent le géant sous une montagne et le tinrent pendant qu'on amenait devant lui ses deux fils : Narfi et Vali (oui je n'ai pas parlé de Vali mais je n'ai juste aucune info sur lui, même pas sa mère... Ou son père, connaissant Loki). Les dieux les changèrent en loups et les firent s'entretuer sous les yeux de leur père. Ils attachèrent ensuite Loki à une pierre avec les entrailles de Narfi et le laissèrent là, après avoir pris soin de poser au-dessus de sa tête un serpent dont le venin gouttait sur son visage, le brûlant horriblement. Sa femme, Sigyn, décida de se tenir à ses côtés tout au long de son calvaire et de recueillir les gouttes avec une coupelle. Elle reste fidèle à sa tâche. Mais elle doit parfois vider le récipient et alors son mari reçoit le venin dans le visage, hurle et s'agite. On dit que c'est ce qui cause les séismes. Loki restera ainsi jusqu'à Ragnarok, que je décrirai plus tard comme promis.

Ne vous inquiétez pas pour ce gros morceau, vous le verrez beaucoup dans les mythes impliquant les autres dieux. Cela explique le fait de le traiter en premier (j'ai beaucoup hésité avec Thor).

 


/Shaï-Hulud


14/06/2015
16 Poster un commentaire

Les Runes

   Avertissement : cet article est fumeux, parle de cartes et ne vous fera pas fondamentalement rire. Si vous ne voulez pas le lire, vous pouvez vous contenter de l'aimer et de partir manger.

Sinon c'est plutôt intéressant, j'aime la symbolique.
Vous êtes encore là ? Bande de cabalistes. C'est vrai que ça me vexerait que vous partiez, j'ai passé une heure dans des articles fumeux pour vous.

 

Il existe vingt-quatre runes en tout. Leur description sera plutôt scolaire et peu vivante, d'autant que les dieux ne s'en servent que rarement dans les mythes. Alors pour compenser une énumération relou, nous parlerons ensuite du pendu. En effet Hangatýr (littéralement dieu des pendus) est un autre des noms d'Odin.

Les runes sont : 

-Fehu, qui représente les cornes d'un bovin et symbolise l'énergie primordiale.
-Uruz, représentant la pluie et symbolisant l'idée d'un réceptacle ou d'une gestation.
-Thurisaz, représentation du marteau de Thor symbolisant l'éveil de la vie et les instincts primaires.
-Ansuz, rune du manteau d'Odin. Porteuse de la conscience, du souffle et de la parole.
-Raido, le char solaire. Idée de progression ou d'élan.
-Kenaz, la flamme du feu domestiqué.
-Gebo, le croisement. Rencontre, union ou don.
-Wunjo, la bannière. Symbolise la cohésion et l'harmonie.
-Hagalaz, représentant la grêle. Rune de l'introspection.
-Nauthiz, le piquet. Sacrifice, épreuve et purification.
-Isa, la glace. Symbolise le moi profond, la personnalité.
-Jera, le cycle de la vie ou la moisson. Temps qui passe, répétition...
-Eihwaz, l'arbre sacré. L'initiation, la rupture, le bouleversement.
-Perthro, le hasard, le destin. Rune de la divination.
-Algiz, la force protectrice. C'est le monde de l'âme, l'ouverture ou encore la protection.
-Sowilo, le soleil. Source de vie et d'illumination. Aussi rune de l'enseignement.
-Tiwaz, la voûte du ciel. Renvoie aux mondes supérieurs.
-Berkana, les seins de la terre-mère (si si). Symbole de réincarnation, de naissance. Déesse-mère.
-Ehwaz, le cheval. Alternance, oscillation, mouvement, voyage. Point.
-Mannaz, l'homme. Symbole d'accomplissement spirituel, d'humanité.
-Lagaz, l'eau (et plus largement tout l'élément liquide): la croissance, le développement.
-Enguz, l’œuf. L'acte créateur ou le potentiel. Symbole de concentration.
-Othala, l'hérédité. Porte l'initiation, l'héritage des anciens etc...
-Dagaz, représentation de l'opposition/alternance entre le jour et la nuit. Symbole d'harmonie, d'équilibre entre les forces.

 

runes.pngComme je vous l'ai dit précédemment, l’Ase s’est pendu à l’arbre du monde embroché par sa lance pendant neuf jours et neuf nuits, durant lesquels il a acquis la sagesse nécessaire à la maîtrise des runes. Le pendu est usuellement représenté accroché par le pied, la tête en bas. Ce n'est pas le cas sur cette image, mais c'était la plus jolie et je pense aussi à ceux qui ne font que regarder les images. L'initiation d'Odin s'est terminée par le sacrifice de son œil, symbole de la perte d'une partie de la vision du présent pour accéder à l'avenir. En échange de ce sacrifice, il a bu boire au puit de sagesse de Mimir.

 

Dans le tarot de Marseille *attention, vous entrez dans la zone ésotérique*, le pendu (12ème atout) est le symbole d'une initiation passive, où le corps se retrouve neutralisé pour permettre un travail de l'âme faisant accéder au statut d'initié. A relier avec les nombreux surnoms d'Odin référant à sa sagesse (non je ne les listerai pas, Odin étant réputé comme le "dieu aux mille surnoms". Et même si il n'y en a pas mille, c'est un article à part entière de Wikipédia et une bonne page). *sortie de la zone ésotérique, le brouillard de la fumisterie reste fort : sortez couverts !*


Les runes servaient essentiellement aux hommes. On gravait sa petite rune dans la pierre, le bois, la peau (pas sur quelqu'un hein) et on priait Odin pour que celle-ci apporte bonheur ou malheur à la personne ou au lieu auquel on la rattachait. Les vingt-quatre permettaient d'apporter un vaste panel de bénédictions/malédictions. Protection, force, mouvement, ou au contraire stagnation et immobilité, il y avait de quoi bien s'amuser en en planquant chez le voisin.

 


/Shaï-Hulud


22/05/2015
5 Poster un commentaire

Odin, ou Wotan pour les intimes

   Je ne reviens que rapidement sur sa naissance : soit Odin est directement né du ventre d'Ymir, soit il descend de géants nés d'Ymir, le père se nommant alors Bor et la mère Bestla. Dans les deux cas, après avoir défait Ymir avec ses frères Vili et Vé que nous aurons l'honneur de ne plus revoir une fois que ceux-ci auront fini de fonder le monde avec lui et oh mon Dieu cette phrase est bien trop longue il va falloir que je respire avec un point, Odin a encore du pain sur la planche. En effet, la construction des mondes achevée, les trois fils de Bor remarquèrent que sur le corps d'Ymir, qui commençait sérieusement à sentir mauvais, se développaient et festoyaient de gros asticots. En dieux cléments, ils respectèrent cette forme de vie et décidèrent de ne pas tout écraser. Toutefois ils modifièrent son apparence, parce qu'il ne faut pas pousser non plus. Ainsi furent crées les nains, que leur nature cupide et leur forte constitution poussèrent fort naturellement à s'exiler dans le monde souterrain, où ils pouvaient à l'envi extraire les métaux qu'ils chérissaient. Leur sensibilité extrême aux rayons du soleil les empêcha ensuite de rejoindre la surface (quand je dis forte sensibilité c'est "exposition à un rayon = transformation immédiate et sans appel en pierre").

 

Voyons maintenant les attributions d'Odin, et attention les attributions en mythologie nordique c'est pas de la tarte. Odin est donc :

-Le dieu des morts 
-Le dieu du savoir
-Le dieu de la victoire
-Le dieu de la prophétie
-Un dieu de la guerre 
-Le dieu de la chasse
-Le roi/membre principal/père de la plupart des Ases !


Il est marié à Frigg à qui il a donné pléthore d'enfants : Baldr, Hod, Hermod, Bragi et Tyr. Il a aussi eu un enfant, et un beau, avec Jörd, déesse de la terre dans son immensité : Thor.
Nb: Loki n'est pas un fils d'Odin. Juste non.

 

odin.jpgOdin est également connu pour disposer de deux corbeaux de compagnie : Hugin (huginn signifiant "pensée" ou "esprit") et Munin (mémoire). Ceux-ci chaque jour parcourent les neuf mondes puis reviennent se percher sur l'épaule d'Odin pour lui rapporter ce qu'ils y ont vu, ce qu'ils y ont entendu. Ils sont un élément central de l'omniscience d'Odin, celui-ci pouvant gouverner tranquillement depuis Asgard avec ces rapports précis et réguliers. Ils peuvent également fonctionner dans l'autre sens, servant de messagers à Odin, mais leur rôle principal est l'espionnage.

Dans ses attributions divines, j'ai mentionné le savoir. Cela recoupe dans une moindre mesure la magie. En effet Odin est connu pour avoir découvert les runes, symboles magiques au grand pouvoir qui reviennent souvent dans les mythes. On les grave dans le bois ou dans la pierre, on les dépose et puis... ça fait des trucs. Cela dépend de la rune, il y en a neuf différentes et celles-ci portent des symboliques diverses. Odin obtint ces runes de manière... Inattendue. En effet il se suspendit pendant neuf jours et neuf nuits à Yggdrasil en s'empalant sur sa propre lance, Gugnir. Notez que le chiffre 9 est très important dans la mythologie scandinave. Neuf mondes, neuf runes, neuf jours pour acquérir la sagesse... Je suis sûr que nous en trouverons d'autres illustrations dans notre fabuleux périple ! Mais pour être un dieu puissant et régnant, Odin est également un dieu maudit. En effet s'il est respecté de tous les Ases, bouffe du géant pour son p'tit déj, possède une lance magique qui jamais ne manque sa cible, a un cheval à six pattes plus rapide que le vent (je vous raconterai comment il a obtenu Sleipnir, ledit cheval, c'est pas triste)... Il est borgne et il sait qu'il va mourir. En effet, l'un des éléments centraux des mythes scandinaves est le fait que tout le monde connaisse les détails de la fin du monde. Odin s'étant un jour rendu au puit de sagesse, Mimir de son p'tit nom, pour consulter une völva, prêtresse aux dons divinatoire, se vit annoncer les détails de la fin du monde, le Ragnarök. Toutefois cette prédiction lui coûta un œil : il la paya de son droit.

Bref Odin est souvent vu comme un Barbu Badass (ou BB). Mais une étude approfondie du personnage montre qu'en fait il serait plutôt un Stratège Subtil (ou... Enfin vous voyez quoi. Ça sonne pas terrible) régnant du fond d'Asgard d'où il manœuvre pour se préparer à la fin, entraînant son armée de morts pour le défendre lors de Ragnarök... Toutefois je pense qu'on atteint la quintessence du personnage en combinant ces deux statuts. Il devient alors un Stratège Subtil mais Barbu et Badass ce qui donne un excellent acronyme : SSBB (comprendra qui pourra).

 

 

 

/Shaï-Hulud


27/04/2015
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser